Srarfi compare la Ligue 1 tunisienne au championnat français

Depuis son arrivée à Nice en provenance du Club Africain, Bassem Srarfi, évoluant aux côtés de grands joueurs qui composent l’effectif du clcub niçois dont Mario Balotelli, a bien progressé.

L’international tunisien, régulièrement utilisé par son coach, a gagné en confiance et en maturité. L’ancien clubiste a vu sa cote grimper.

Vous atteindrez bientôt la barre des 30 matches disputés cette saison toutes compétitions confondues avec le GYM, comment jugez-vous votre saison jusqu’ici ?

Bassem Srarfi : Je suis arrivé en janvier de l’année dernière donc forcément par rapport à cette période je trouve que j’ai fait de meilleures choses. Maintenant je sens que je peux faire beaucoup mieux.

La fin de saison dernière devait servir à votre intégration pour que vous soyez préparé à celle-ci. Comment cela s’est passé ?

Le foot ici ne correspond pas à ce que j’avais l’habitude de faire en Tunisie. Ce n’est pas la même chose. J’ai dû intégrer certaines nouveautés. Si ça va mieux c’est parce que j’ai compris quel était mon rôle dans le fonctionnement de l’équipe.

Dans le jeu, comment cela se traduit-il ? Qu’avez-vous dû enregistrer pour vous adapter ?

Ici on demande d’être beaucoup plus performant à chaque match. C’est la dimension professionnelle qui fait que c’est beaucoup plus dur. Par exemple, ici il ne faut pas perdre le ballon. En Tunisie, le football est plus déstructuré donc si tu tentes et que tu perds le ballon ce n’est pas grave, c’est même dans la logique. En France, il ne faut pas. Il faut plus travailler physiquement, devenir plus costaud et défendre.

Quel a été l’apport de Lucien Favre dans ces changements ?

Le coach me parle tout le temps du repli défensif. Pour lui, dans le jeu, c’est très important. Il veut aussi que j’explose sur le côté ou que je me retrouve devant le but mais par exemple quand je rentre en deuxième mi-temps je n’ai que des consignes pour ne pas oublier de défendre.

Parce qu’il sait déjà que vous allez attaquer.

Oui, c’est ça. En Tunisie un attaquant ne défend pas. Le coach insiste surtout pour que je n’oublie pas de jouer quand je n’ai pas le ballon et quand l’équipe ne l’a pas.

 

En cela, Nice est une des équipes les moins dépaysantes pour vous. En France, le GYM est considéré comme une des équipes les plus offensives du championnat…

C’est vrai que je trouve que Nice joue vraiment au ballon par rapport à plein d’autres équipes du championnat. Je ne veux pas dire que ça joue à 10 derrière, mais parfois… (il réfléchit). C’est sûr que notre équipe est une des plus offensive dans la façon de jouer.

Le fait que les équipes pensent avant tout à bien défendre vous a-t-il perturbé ?

Au début j’ai été surpris de me retrouver très souvent dans des deux contre un dans les 30 derniers mètres. J’étais habitué à ne jouer que des un contre un dans ce genre de situation. Les défenseurs ferment bien tous les espaces.

Vous avez été titularisé pour environ la moitié de vos matches joués cette saison. Vous sentez-vous avoir les épaules d’un titulaire dès à présent ?

Je pense que je dois encore travailler pour avoir ce statut. J’ai aussi besoin de temps de jeu et d’enchaîner pour progresser.

Y a-t-il un joueur avec qui vous aimez particulièrement jouer ?

Mario Balotelli te met toujours le ballon là où tu le veux. Il te facilite aussi les choses parce qu’il amène les joueurs avec lui et te donne plus de libertés. C’est une relation qui devient réciproque parce que derrière, grâce à ses qualités physique et dans le placement, il est facile à retrouver.

Vous êtes arrivé quelques mois après une saison extraordinaire d’Hatem Ben Arfa qui est également d’origine tunisienne. Est-ce quelque chose dont on vous parle souvent ?

Justement. En Tunisie, où n’importe quel joueur va dribbler, j’étais habitué au jeu à la Hatem Ben Arfa. C’est ça le football qu’on joue en Tunisie. En France on ne joue pas à la Ben Arfa. Je suis gaucher comme lui, c’est un super joueur mais il n’y a pas tellement de comparaison, on ne me voit pas comme son successeur.

Quels sont vos objectifs pour la fin de la saison ?

Je veux faire le plus de passes décisives et marquer le plus possible mais je n’ai pas d’objectifs chiffrés. Sinon, je veux rejouer la Coupe d’Europe avec Nice même si j’ai eu très froid à Moscou (rires). En cette fin de saison je pense beaucoup à la Coupe du monde donc j’espère surtout jouer pour me montrer.

Interview réalisée par GOAL.

Commentaires

Articles liés

L’altercation entre Msakni et Srarfi ? Ce n... Certaines informations affirmaient en effet que Youssef Msakni aurait eu des altercations - verbales et même physiques - avec Bassem Sarrafi Int...
Vidéo : Quel but de Srarfi Bassem Srarfi double la mise pour la tunisie
Nice : Bassem Srarfi sur le départ ? Sous contrat jusqu'en 2021 avec Nice, Bassem Srarfi pourrait changer d'air cet été. Selon Nice-Matin le club niçois ne compte pas conserver l'int...
Un international tunisien U23 appelé dans le group... Assil Jaziri qui évolue habituellement avec l'équipe réserve de Nice a été convoqué pour la première fois avec l'équipe première à l'occasion du mat...