Catégorie : Retro

Des derbys qui ont marqué l’histoire

Le derby Tunisois, l’un des plus anciens du continent Africain, nous a régulièrement gratifié d’un très beau spectacle aussi bien sur le terrain que sur les gradins. On a essayé dans cet article de faire le tour des matchs qui ont marqué l’histoire du derby Tunisois :

5 Mai 1985 : La plus large victoire dans un derby

Les joueurs clubistes prennent l’avantage dès la 3ème minute de jeu grâce à une tête de Touati. A la fin de la première période, le même Touati revient à la charge et signe son 2ème but de la rencontre. La première mi-temps se termine sur un avantage clubiste de 2-0, mais en face les joueurs de l’Espérance n’ont vraiment pas démérité puisqu’ils se sont créés plusieurs occasions ratées par Bassem Jeridi et Tarek Dhiab.
Au retour des vestiaires, on croyait que les espérantistes allaient revenir au score, mais le CA est arrivé à enfoncer le clou dès la 48ème minute grâce à Lassaad Abdelli. La partie tourne à l’humiliation pour l’EST lorsque Mounir Metoui et Med Hadi Bayari signent les 4ème et 5ème buts pour le club de Bab Jedid. La réduction du score par Bassem Jeridi à la 88ème minute ne change rien et le CA remporte la plus large victoire dans un derby Tunisois.

20 Novembre 1994 : 4-0 en 72 minutes de jeu seulement

Après un début de match très équilibré où les joueurs du Club Africain pouvaient prendre l’avantage à 2 reprises par l’intermédiaire d’Adel Sellimi et Sabri Bouhali, l’Esprérance prit l’avantage grâce à un coup de tête de Hadi Berrkhissa après un coup franc bien botté par Ayadi Hamrouni à la 11ème minute de jeu. Les clubistes ont bien réagi mais n’ont pas trouvé la faille face à une défense espérantiste très vigilante. Les débats étaient équilibrés jusqu’à la dernière minute de la première période lorsque Tarek Thabet s’infiltra sur le côté droit et servit Chihi, qui lui-même servit un caviar à Hamrouni, qui n’eut aucune difficulté à inscrire le 2ème but de la rencontre.
Dans la foulée, l’arbitre de la rencontre exclut Ben Ali et Samir Sellimi pour respectivement une agression sur Belhassen et contestation exagérée.
La deuxième période tourne à la démonstration espérantiste. Berrkhissa signe le 3ème but de son équipe à la 53ème minute et Tarek Thabet enfonce encore plus les clubistes en signant le 4ème but de l’EST à la 65ème minute. La suite du match fut très mouvementée. En effet, sur décision du banc clubiste, Mohamed Hamrouni et Adel Belkhir firent tout pour se faire exclure et le match s’arrêta définitivement à la 72ème minute sur le score de 4-0 pour l’EST. Cette date restera gravée à jamais dans les esprits des supporters rouges et jaunes.

24 Décembre 2014 : Du suspens jusqu’au bout

La première période de cette rencontre confirma l’état de santé des deux équipes en ce début de la saison 2014/2015. En effet, dès les premières minutes de la rencontre on retrouva un Club Africain très impliqué et efficace. Abdelmomen Djabou ouvrit le score à la 15ème minute sur corner et donna ainsi l’avantage au Club Africain. Le score ne bougera plus jusqu’à la fin de la première période qui a été bien maitrisée par les joueurs du club de Bab Jedid. En deuxième période, et alors que les espérantistes se ruaient vers l’attaque, Tijani Belaid inscrivit le 2ème but pour le Club Africain sur un contre très bien exécuté par les joueurs de Daniel Sanchez. On pensait que le match était plié surtout après le ratage d’un penalty par Yannick Ndjeng à la 65ème minute. Mais grâce au soutien infaillible de leurs supporters, les joueurs de Ben Yahia sont arrivés à remonter leur retard après un doublé de Yannick Ndjeng aux 81ème et 86ème minutes de la rencontre.

A.G

La Tunisie s'est inclinée avant hier soir 2 à 1 dans le temps additionnel lors de son premier match de ...
Lire La Suite
Tunisie-Angleterre: Les raisons de l'échec

Tunisie-Angleterre: Les raisons de l’échec

MOUEZ HASSEN : non noté Le grand malheureux de cette rencontre avec une très belle entame de jeu et de ...
Lire La Suite
Tunisie - Angleterre : les notes

Tunisie – Angleterre : les notes

Après douze ans d'absence à la Coupe du monde, la sélection tunisienne faisait son retour à la compétition. Pour son ...
Lire La Suite
CDM : La Tunisie s'incline sur le fil

CDM : La Tunisie s’incline sur le fil

Dimanche dernier, le public sportif tunisien s’est réveillé avec la langue de bois. Youssef Msakni le meneur de jeu des ...
Lire La Suite
Blessure de Msakni : Maaloul doit prendre ses responsabilités

Blessure de Msakni : Maaloul doit prendre ses responsabilités

09/11/2007: l’Etoile sur le toit de l’Afrique

L’actualité de la semaine nous amène logiquement à parler, dans la rubrique retro de ce vendredi, de l’une des rencontres qui a marqué l’histoire de l’Etoile Sportive du Sahel et plus généralement l’histoire du football Tunisien.

Le 9 Novembre 2007, l’Etoile remporta sa première ligue des champions Africaine et la première pour la Tunisie sous la nouvelle formule adoptée en 1997. Le trophée suprême avait un goût spécial pour les étoilés après les déceptions de 2004 et 2005, d’autant plus que ce fut glané face à l’ogre Egyptien d’Al Ahly au Caire même, avec une victoire écrasante sur le score 1-3.

Pourtant, après le match aller à Sousse (0-0), tous les observateurs donnaient les Cairotes favoris. Lors de ce match aller, les hommes de Marchand avaient dominé leur adversaire et s’étaient procurés plusieurs occasions. Mais la pression et l’enjeu énorme de la rencontre avaient eu raison du mental des joueurs Tunisiens qui n’avaient pas pu prendre l’avantage sur leur terrain. Le match retour s’annonçait donc difficile.

Devant près de 80 000 spectateurs et en présence de l’ancien président Hosni Mubarek, l’arbitre Marocain El Arjoun donna le coup d’envoi du match retour de la 43ème finale de la ligue des champions Africaine dans un stade du Caire chaud bouillant.

Comme prévu, les Ahlaouis exercèrent une pression suffocante sur la défense de l’Etoile durant les premières minutes de la rencontre, se procurant quelques occasions intéressantes avec notamment la tentative de Metaab, déviée par Aymen Mathlouthi sur sa barre transversale. Mais au fil des minutes, on sentait les étoilés rentrer dans le match et les débats s’équilibrer grâce surtout à un milieu étoilé très actif et agressif. Cette solidité du milieu de terrain de l’Etoile a permis au bloc de monter d’un cran et de commencer à harceler les buts d’Al Hadhari. A la 44ème minute de jeu, et sur l’une des tentatives Tunisiennes, Afouene Gharbi trompa la vigilance du portier Egyptien sur une reprise de volée déviée par l’un des défenseurs Ahlaouis. La première période s’acheva sur le score de 0-1 pour l’ESS.

Dos au mur, les Cairotes entamèrent la seconde période avec pour objectifs de revenir au score le plus rapidement possible et chercher ensuite à marquer le but de la victoire. Les Ahlaouis firent la moitié du chemin en égalisant dès la 3ème minute de la deuxième mi-temps par l’intermédiaire d’El Nahas.
Après cette égalisation, les Ahlaouis prirent à nouveau l’ascendant et la défense de l’ESS passa par des moments très difficiles. Mais cette deuxième période fut marquée par deux faits qui bouleversèrent la physionomie du match. En effet, en un premier temps, l’arbitre du match oublia de siffler un penalty en faveur d’Al Ahly suite à un fauchage flagrant sur Aboutrika. Ensuite, El Nahas fut expulsé à la 61ème minute après avoir retenu Chermiti parti seul en face à face avec El Hadhari. Ces deux faits permirent à l’ESS de prendre le contrôle sur la rencontre. L’Etoile parvint même à enfoncer le clou et assurer définitivement son premier titre en ligue des champions en scorant à deux reprises par l’intermédiaire de Chermiti et Nari dans les arrêts de jeu. Ce fut le premier revers d’Al Ahly sur ses terres lors d’une finale Africaine.

L’Etoile ramena le titre Africain majeur en Tunisie après 13 ans de disette. Elle fut la première équipe Tunisienne à disputer la Coupe du Monde des Clubs au Japon. Une participation qui fut couronnée par une très honorable quatrième place.

A.G

Retro : c’était le 6 Juillet 2001

Cette semaine on consacrera notre rubrique rétro à l’exploit du Club Sportif de Hammam-Lif lors de la finale de la coupe de Tunisie 2001. On a voulu ainsi mettre les lumières sur l’un des plus grands clubs Tunisiens qui traverse malheureusement une période difficile depuis sa relégation surprenante en Ligue 2 la saison dernière.

Pour ceux qui ne connaissent pas très bien l’histoire du club de la banlieue sud de Tunis, il faut savoir que le CSHL a été fondé en 1944 et que son palmarès (titres d’avant indépendance compris) compte 4 championnats de Tunisie, 9 coupes et 1 supercoupe. Notons aussi que Hammam-Lif a formé beaucoup de grands joueurs qui ont fait le bonheur de la sélection nationale Tunisienne comme Temim Lahzemi et Khaled Hosni.

Le 6 Juillet 2001, tous les regards étaient braqués sur le stade de Radès : d’une part parce que c’est la finale de la coupe de Tunisie, qui marque la clôture de la saison, et d’autre part parce que c’est le match inaugural du Stade de Radès, une enceinte de 60 000 personnes spécialement bâtie pour les jeux Méditerranéens Tunis 2001. L’affiche de la finale opposait donc le CSHL à l’Etoile Sportive de Sahel.

L’Etoile était largement favorite dans cette opposition, avec notamment une équipe composée de très grands joueurs à l’instar de Zied Jaziri, Kais Ghodhbene ou encore Imed Mhadhebi. De l’autre côté, les banlieusards, entraîné par Ammar Souayah, ont fait une très belle saison en terminant 5ème du championnat et en éliminant en demi-finale le Club Sportif Sfaxien à Sfax 1-2. Mais avec un effectif beaucoup moins fourni et une expérience moins importante, les Hammam-Lifois étaient considérés comme outsider de cette finale.

Dès le début du match, on s’est rendu compte que le bras de fer entre les deux équipes allait être plus équilibré que ce que l’on pensait. En effet, les banlieusards sont parvenus à ouvrir le score dès la 21ème minute de la première période sur une frappe magistrale des 25 mètres du petit futé Anis Ben Chouikha. L’action qui a précédé le but montre à quel point les joueur Hamma-Lifois étaient à l’aise techniquement sur la pelouse du Stade de Radès : Un jeu en triangle entre Mansour Louati, Walid Khaled et Anis Ben Chouikha a permis à ce dernier de se décaler et lancer ainsi un boulet de canon dans les filets de Jaouachi. C’était le premier but marqué dans le stade de Radès. Un honneur qui sera à jamais gravé au nom d’Anis Ben Chouikha.

Suite à ce but, l’Etoile a exercé une pression énorme sur la défense du CSHL qui a tenu le coup et a permis au club de glaner sa 2ème coupe de Tunisie d’après l’indépendance. Un premier titre après 16 ans de disette! Ce jour là, toute la banlieue sud de Tunis a fêté cette victoire jusqu’à tard dans la nuit.

 

A.G