Étiquette : coupe du monde 2018

CDM 2018: Tunisie-Angleterre: Les Aigles de carthage entrent en lice et comptent jouer sur leurs valeurs.

Ca y est, nous y sommes, ce soir 19h (20h francaise), la Tunisie entre en lice dans la compétition face à l’ Angleterre. Un moment que tout un peuple attend depuis 2006, date de la dernière participation. Après s’ être qualifié au Courage en se sortant de l’étau congolais à Kinshassa lors d’ un match d’ une intensité asphyxiante, les tunisiens ont l’ opportunité d’ entrer dans l’histoire.

Engagée dans une poule très relevé où figure l’Angleterre et la Belgique, la Tunisie devra jouer sur ses valeurs pour réussir à se hisser pour la première fois de son histoire en huitième de Finale.

Ce soir les Aigles de carthage ont l’occasion de prendre leur revanchey 20 ans plus tard face aux Three Lions Anglais. Une affiche qui en 1998 avait surtout fait parler d’elle à cause des affrontements violents entre les hooligans et les habitants de Marseille. Cette année les tunisiens souhaitent faire parler leurs qualités et leur Football.

Force de caractère

Avec une géneration de joueurs très techniques, mais peu habitués aux joutes internationales, les tunisiens sont les joueurs qui comptent le moins de sélections en équipe nationale parmi toutes les nations qualifiées. Nabil Maaloul le coach tunisien s’ appuie tout de même pour la plupart sur des joueurs qui ont participé à la Can 2017. Quoi qu’ il en soit la selection nationale a fait preuve lors des éliminatoires d’ une force de caractère remarquable! La Grinta tunisienne a permis aux aigles de carthage, le 05/09/2018. menés 2 à 0 à la 47 ème minute face à la RDC chez elle à Kinshassa lors d’ un match d’ une intensité asphyxiante devant 90 000 supporters congolais, de revenir à 2 à 2 en fin de match. Le tournant des éliminatoires qui permet à la Tunisie de tenir la Rdc à distance et de valider son billet pour la Russie quelques jours plus tard face à la Lybie le 11/11/17 lors d’ un match nul piège à ne pas rater. Les tunisiens ont également démontré leur force de caractère lors des matchs de préparation à la Coupe du monde en tenant en échec le Portugal 2 à 2 après avoir été mené 2 à 0 dès la première mi-temps, ainsi qu’ en tenant la dragée haute aux espagnoles avant de se faire surprendre contre le cours du jeu par I. Aspas à la 84 ème minute, lors du dernier match de préparation. Des qualités mentales dont la tunisie aura largement besoin face aux Anglais.

Jeu de possession et offensif

Pour créer la surprise ce soir face à l’ Angleterre, la Tunisie pourra et devra compter sur les qualités de son Football et des ses joueurs. Le secret de la réussite de N. Maaloul et des aigles de carthages, invaincu en match officiel depuis le 27 avril 2017, réside dans le jeu de l’ équipe. Finit le temps des défense à 3 défenseurs centraux (can 2015 avec Leekens) des compositions de 23 joueurs avec 11 défenseurs (can 2017 avec Kasperszack), avec N.Maaloul la Tunisie entre dans une nouvelle ère celle du Jeu. Doté de joueurs très techniques, la tunisie s’ illustre par son jeu offensif et de possession. Les remontées de balles sont propres, même face à l’ Espagne les tunisiens Meriah, Benyoussef, Skhiri, Sassi se sont evertué durant toute la rencontre à remonter le ballon par de courtes passes et beaucoup de mobilité. Les ailiers A.Maaloul et H.Nagguez sont portés par l’offensive, ils multiplient les allers retours et n’ ont qu’ une idée en tête: déborder. Le milieu de terrain à l’ image M.A Ben Armor excellent lors des éliminatoires cherche à construire les attaques en multipliant les passes et en proposant constamment des solutions et du soutien aux attaquants. N. Maaloul offre enfin une entière liberté aux attaquants, excellents balle aux pieds, vif et tres mobiles, ces derniers, à l’ image W.Khazri, percutent, dribblent et permuttent sans cesse pour dérouter leurs adversaires. Une combinaison gagnante pour cette équipe soudée et très joueuse qui a marqué l’ ensemble de ses buts lors des éliminatoires sur phases de jeu.

Après le Mexique qui s’est défait de l’Allemagne tenante du titre, la Tunisie a toutes les armes ce soir pour créer la sensation de la coupe du monde 2018 en l’ emportant face à l’ Angleterre. N. Maaloul devra s’ appuyer sur sa philosophie de jeu et refuser de jouer en bloc défensif comme face aux anglais en 1998. Le mental des aigles de carthage, leurs qualités de jeu, et leur solidarité peuvent leur permettre de surprendre n’ importe quels adversaires. La coupe du monde débute dans quelques heures, les aigles pourront porter très haut tous les espoirs du peuple tunisien.

Anice Badri la révélation de la coupe du monde ?

Les coupes du monde de Football voient, à chaque édition, l’éclosion et la révélation aux yeux du monde de joueurs méconnus du grand public qui s’imposent comme les meilleurs joueurs de la compétition. A l’image de James Rodriguez qui brilla lors du tournoi en 2014, ils attisent la convoitise de tous les grands clubs du monde qui s’arrachent à prix d’ or ces nouvelles pépites…

Et s’il s’agissait cette année d’un Tunisien? Et si la révélation de la coupe du monde 2018 s’appelait Anice Badri ?

Un parcours atypique:

Le Franco Tunisien né et formé à Lyon est un espoir du centre de formation de l’OL, comme seul le club du président Aulas a le secret de dénicher depuis de nombreuses années. Le joueur doué et prometteur connait un lancement de carrière très contrasté. Victime d’une hernie discale qui retarde son éclosion, ses pépins physiques l’écarteront même des terrains pendant plus d’un an en 2007.

Il retrouve les terrains en 2008 dans les rangs du club de l’Association sportive de Saint-Priest en banlieue lyonnaise. Il entame alors une lente ascension en CFA au sein du Monts d’Or Azergues Foot puis en équipe réserve du LOSC. La rigueur tactique et physique française qui donne rarement de liberté aux génies technique aura raison de Badri qui sera contraint de s’ expatrier en L2 Belge en 2013 au sein du Royal Mouscron-Péruwelz. Il y démontrera toute sa palette technique et permettra au club, au terme de 2 belles saisons, de rejoindre la L1 en 2015. Sa saison suivante est malheureusement perturbée par le retour de problèmes physique, l’empêchant de se faire un nom au haut niveau.

Le nouvel héros tunisien:

En 2016, pour se relancer et se donner un nouvel élan, Anice Badri décide de rejoindre à Tunis le club de Beb Souika, la mythique Esperance Sportive de Tunis. Un choix atypique et audacieux qui le propulse rapidement au devant de la scène Tunisienne et lui permet d’ être appelé en sélection tunisienne.

Champion de Tunisie deux années consécutives, le technicien lyonnais est un acteur majeur de la réussite du club de la capitale. L’espérance sportive de Tunis écrase tous ses adversaires et domine outrageusement le championnat depuis 2 saisons. Cette domination, l’EST la doit tout particulièrement à son meneur de jeu. Dans une équipe déjà bien fournie et pétrie de talent en ce secteur: S.Beguir, A. Rjaibi, M.A Moncer, F. Sassi… A. Badri parvient petit à petit à tirer son épingle du jeu en s’illustrant par sa justesse technique, sa régularité et sa polyvalence. Il ne perd quasiment aucun ballon et bonifie chacune des possessions de balle de son équipe quand elle passe par ses pieds.

Intelligent, doté d’une conduite de balle très pure, adroit des 2 pieds, excellent passeur et très bon dribbleur, A. Badri peut aussi bien évoluer dans un milieu en losange que sur les ailes en attaque. Ainsi il parvient match après match à se montrer indispensable au jeu de l’équipe.

S’il est d’abord appelé en sélection pour un rôle plutôt secondaire et n’est pas retenu pour la Can 2017, c’est parce que l’attaque tunisienne est déjà bien fournie dans son compartiment de jeu (Msakni, Sliti, Khazri, Lahmar, Khalil). Mais son statut va brusquement évoluer cet après-midi du 05/09/17 face à la RDC. Devant plus de 90 000 supporters déchainés dans un stade des martyrs qui a une capacité de 80 000 spectateurs…, les aigles de Carthage sont pris au piège de Kinshasa. Dans une ambiance de film d’épouvante, une pression totalement effroyable, la sélection tunisienne, qui a besoin d’au moins un point pour continuer à tenir la RDC à distance, finit par se tirer du guet-apens congolais à la 79 ème minute grâce au but salvateur de Anice Badri. Le nouvel héros tunisien est né!

En l’absence de Msakni, Badri se révèle…

En l’absence de Msakni blessé lors de la dernière journée de championnat qatari, c’est Anice Badri qui a la lourde tâche de remplacer le prodige tunisien à son poste… Si la tâche parait impossible, Badri, du haut de ses 28 ans, montre détermination et force de caractère et s’en sort avec Brio.

Lors des matchs amicaux face au Portugal, la Turquie et l’Espagne, titularisé sur les ailes de l’attaque tunisienne, Anice Badri fait évoluer son jeu ! Comme d’accoutumé en club, très fort dans la conservation de balle et la construction du jeu, il montre de nouvelles qualités impressionnantes de percussion et de débordements. De nouvelles qualités que l’on découvre au meilleur des moments, et qui seront précieuses et indispensables pour permettre aux aigles d’affronter ses valeureux adversaires. C’est lui l’homme décisif des derniers matchs de l’équipe: en plus d’être le moteur de l’attaque et de lui impulser de la vitesse, c’est lui qui marque face au Portugal et la Turquie et délivre les passes décisives…

Véritable homme fort de la sélection tunisienne, capable de tout faire: défendre, conserver la balle, percuter, dribbler, délivrer des bijoux et marquer…

Anice Badri a tout pour devenir la révélation de la coupe du monde 2018 et porter son équipe le plus loin possible! Et cela commencera, ان شاء الله , par une grande prestation de notre aigle et ses coéquipiers demain face aux Threes Lions anglais!

Ibrahimovic « Zlatane » Deschamps à propos de Benzema

En avant match de France Australie, match d’ ouverture du Groupe C pour la coupe du monde 2018, Ibrahimovic invité en tant que consultant sur Beinsport a fusillé le selectionneur Francais sur l’ absence de Benzema.

 » Deschamps n’ a rien à faire ici… »

Des mots durs du n 9 suédois qui ne prendra pas part à l’ édition 2018, non selectionné par la Suède malgré son changement d’ avis sur sa retraite internationale.

Aymen Balbouli, le meilleur moment de passer le flambeau ?

Samedi 9 juin lors du dernier match préparatoire avant la coupe du monde, la Tunisie s’est incliné 1 à 0 face à l’Espagne après avoir concédé un but malheureux sur une sortie plus qu’hasardeuse de Aymen Balbouli.

Une boulette du portier tunisien qui permet à l’Espagne de sortir vainqueur d’un match que la Roja ne maîtrisait absolument pas. Les aigles auteur d’une courageuse prestation avaient là l’occasion de tenir en échec le grand Favori de la coupe du monde. Une défaite encore plus amère qu’elle met fin à une période de 15 mois d’invincibilité.

Le problème au-delà du résultat non mérité, c’est que Aymen Balbouli n’ en est pas à son premier fait d’ arme…:

En effet, avant cela, Aymen Balbouli avait déjà réalisé plusieurs boulettes dont il a le secret.

Les plus conséquentes d’entre elles ont toutes les deux eu lieu lors des quarts de finale de la CAN en 2012 et 2017.

Lors d’un match à couper le souffle, face au Ghana le grand favori de l’édition 2012, les aigles de Carthage parviennent par l’intermédiaire de Khalifa a égalisé, avant de se livrer une lutte acharnée avec les étoiles noires jusqu’aux prolongations. André Ayew permet, à son équipe d’arracher ce soir-là, le billet des 1/2 de finale en reprenant un ballon relâché bêtement par Aymen Balbouli à ses pieds. Il n’avait plus qu’à pousser la balle au fond des filets…

En 2017, alors que les aigles de Carthage dominaient leurs adversaire le Burkina Faso, les tunisiens se font surprendre à la 81ème minute en encaissant contre le cours du jeu le premier but des étalons. Décidé à tout donner pour revenir au score et arracher les prolongations, la Tunisie se rue alors à l’attaque. Laissé à l’abandon sur corner, Aymen Balbouli anéantira définitivement toutes les chances de son équipe de revenir dans le match, en tentant stupidement d’arrêter la contrattaque adverse en s’aventurant à tout hasard à plus de 30 mètres de ses cages. L’attaquant Burkinabé n’a plus qu’à crocheter le gardien avant de finir sa course et pousser la balle au fond.

Si Aymen Matlouthi a longtemps été indiscutable en selection et qu’ il a rendu près d’ une decennie de loyaux services, aujourd’ hui la donne semble avoir définitivement changé. Ses faibles prestations en club (Al baten), les erreurs qu’ ils répétent mais surtout la très belle découverte de Mohez Hassen, sa montée en puissance avec la selection font qu’ il est aujourd’hui, pour le bien de la selection lors de la coupe du monde, le meilleur moment pour que Balbouli passe enfin passer le relais.

RR17

Tunisie-Espagne: La tunisie s’ incline sur le fil

Lors du dernier match de préparation avant la coupe du monde, la Tunisie s’incline sur le tard 1 à 0 face à l’Espagne.

Un but qui intervient à la 84ème minute sur une nouvelle boulette de Balbouli qui finit par ruiner tous les espoirs de victoire pour nos aigles.

La Tunisie s’est pourtant montrée audacieuse et courageuse en réalisant notamment une belle première mi-temps. Nos aigles se sont créés de nombreuses occasions mais ont manqué cruellement d’efficacité. Sans réel attaquant de pointe la Tunisie a laissé s’échapper plusieurs chances d’ouvrir le score et d’inquiéter sérieusement une équipe espagnole en difficulté.

La Tunisie termine donc sa préparation à la coupe du monde sur une défaite après plus d’un an d’invisibilité. Un match tout de même encourageant et surtout riche en enseignements.

 

Le onze type tunisien des absents de la CDM 2018

Blessures, manque de compétition, choix de coach, ils sont nombreux à avoir perdu la chance de participer au rêve de tout footballeur, celui de participer à la coupe du monde. À cette occasion Footballtunisen.com vous dévoile le Onze type tunisien des grands absents de la coupe du Monde 2018 :

Un onze type qui a très fière allure… :

 

Gardien : Rami Jeridi :

Pour beaucoup « Ramirez », est tout simplement le meilleur gardien tunisien en activité, très performant en club depuis de nombreuses saisons. Avec un style de jeu élégant, rassurant et surtout efficace, l’explication de N. Maaloul, qui a vaguement évoqué un problème de comportement, a beaucoup de mal à convaincre les amateurs de foot tunisiens surtout du côté de Sfax la ville où évolue le portier tunisien qui ne compte que 17 sélections.

Défenseur Centraux :

Abdennour : L’ancien monégasque « Le Roc sur le rocher » qui a un temps été, considéré comme l’un des meilleurs défenseurs du monde et disputé par tous les grands club européen, suite en outre à des prestations hors norme en ligue des champions en 2015…Le joueur formé à L’Etoile du Sahel s’est finalement perdu en Espagne Au Fc Valence pendant 2 saisons où, non aidé par une blessure contractée en fin 2016, il n’a jamais réussi à s’imposer. Relancé par l’OM cette saison, Aymen Abdenour n’a pas su saisir sa chance de briller à nouveau. Il finira même par être cantonner sur le banc malgré les blessures d’A. Rami et de Rolando en fin de saison. Très triste pour un A. Abdennour qui ne participera donc logiquement pas à la coupe du monde, lui qui avait pourtant tout pour porter le brassard de Capitaine et mener la barque du navire Tunisien en Russie.

Amar Jemal : Véritable patron depuis son retour réussi en Janvier à l’Etoile du sahel son club formateur, le puissant défenseur s’est illustré par d’excellentes prestations : Très Solide et auteur de 2 buts dont l’un d’une frappe magistrale sur coup franc. Leader technique et charismatique, le pensionnaire de Sousse aurait largement pu contribuer à donner force et caractère à une défense tunisienne qui semble en manqué peut être un peu. Dommage que N. Maaloul n’y ait pas songé…

Latéraux :

Chamam: Le capitaine de l’Esperence de Tunis a pourtant longtemps bénéficié de la confiance de N. Maaloul. Fort et sûr défensivement, capable d’évoluer dans l’axe ou en sentinelle devant la défense, sa polyvalence aurait dû lui permettre de poinçonner son billet pour la Russie. Finalement N. Maaloul a préféré doublé un A. Maaloul indéboulonnable à son poste par O.Haddadi un joueur au profil se rapprochant plus de celui du Cairote.

Matlouthi: Régulièrement appelé par N. Maaloul lors des éliminatoires notamment pour palier à la blessure de H. Nagguez après la coupe d’Afrique des nations 2017, le défenseur du Club Sfaxien a toujours fait preuve d’implication et application. Solide défensivement il semblait tout logiquement destiné à embarquer avec ses coéquipiers pour la Coupe du monde. C’est finalement à la dernière minute après le stage amicale face à l’Iran et au Costa Rica Dylan Bron qui lui sera préféré. Ce dernier pourtant défenseur axial de métier et montrant des lacunes sur les débordements offensifs, sont autant de raisons qui augmente surement la frustration du jeune défenseur formé à Bizerte.

Milieux de Terrain :

Laaribi : Le milieu relayeur tunisien formé en Italie à l’Inter de Milan est performant et régulier en Deuxième division du championnat italien depuis plusieurs années. Il s’est distingué cette saison en ayant inscrit 9 buts. Solide défensivement et habile balle au pied, il excelle dans la relance et est aussi capable d’apporter du soutien au attaques et marquer. Dans un secteur ou la concurrence fait rage au sein de la sélection, nous aurions tout de même aimé le voir évoluer lors des matchs amicaux.

G.Ayadi : « The little Magician », le jeune et talentueux milieu du Club africain à 21 ans a tout pour devenir un très grand joueur. Intelligent, très doué balle au pied, dribleur et passeur redoutable, généreux dans l’effort défensif ce milieu de terrain moderne mi sentinelle mi offensif possédé tous les atouts pour faire une excellente carrière. L’histoire aurait pu commencer ici en 2018, en participant à la coupe du monde de Football en Russie, mais N. Maaloul en a décidé autrement. Convoqué face à l’Iran et le Costa Rica, G Ayadi ne fera qu’une mini apparition en fin de match face aux Los Tacos… Trop peu pour le petit magicien pour faire tout l’étalage de son talent. Promis à un brillant avenir, certainement en Europe où son nom circule avec insistance sur les papiers de nombreux clubs allemand et français pour le mercato estival, nous avons hâte de le retrouver prochainement avec la tunique des Aigles de Carthage…

 

Chikhaoui : Le Mozart tunisien a longtemps été considéré comme le joueur tunisien le plus talentueux depuis de nombreuses années peut être même de toute l’histoire. Le brillant numéro 10 souvent comparé à Mr Zinedine Zidane pour son élégance technique balle au pied, aurait dû avoir une bien meilleure carrière. Oui mais voilà, le joueur qui a fait les beaux jours de l’Etoile sportive du Sahel souffre d’une blessure au tendon d’Achille qu’il n’est jamais parvenu à soigner… A chaque fois que le Maestro tunisien revient et brille, la blessure récidive… Après une coupe d’Afrique 2015 éblouissante où il vole la vedette Y. Msakni, Chikhaoui apparait pour la dernière fois en sélection lors du premier match des éliminatoires de la Can 2017 face au Djibouti, au cours duquel, il inscrit un triplé…Avant de rechuter au niveau de sa blessure et se perdre définitivement au Qatar…Aujourd’hui âgé de 30 ans, le phénomène tunisien ne participera donc jamais à une coupe du monde…

Attaquants :

Ben Hatira : Le tunisien formé au Herta Berlin en Allemagne est un attaquant moderne: vif, puissant et percutant. Après avoir connu des saisons en demi-teinte en Bundesliga et en Turquie ou il alterne le très très bon et des périodes de flottement, il décide de se ressourcer et se relancer en Tunisie à L’Esperance sportive de Tunis à la recherche de la régularité qui lui a fait défaut dans son duel à distance avec Aubameyang. Malgré son talent et le point d’honneur qu’il se donne à se maintenir constamment en forme (il poste régulièrement des photos et vidéos de séance entraînements personnelles) Les 2 entraineurs (Benzarti et Yahya) qui se succèdent à la tête du club de Beb Souika ne lui font pas confiance…Il avait pourtant brillé et été buteur faisant l’étalage de toute sa palette technique, lors du classico retour face au C.A. Un manque cruel de compétition qui l’empêche d’atteindre ses objectifs et qui nous prive d’un profil différent et intéressant en sélection. Dommage…

 

Msakni : C’est le très gros coup dur pour la Tunisie… Le prodige tunisien, promis à une grande coupe du monde était attendu de pieds fermes par tous les recruteurs européens. Il était également et surtout attendu par tout le peuple tunisien. Dribbleur hors pair, capable de faire valser une défense entière, de loger des frappes somptueuses en pleine lucarne comme face au Maroc en 2012 et l’Algérie en 2013 en Coupe d’Afrique, la perle tunisienne sait tout faire ! Quand la sélection tunisienne est dans l’impasse c’est lui qui met sa cape de super-héros et sauve son équipe. C’est lui l’étincelle qui permet à son équipe de briller. C’est sur lui que bien souvent repose le jeu de l’équipe. Sa blessure lors du dernier match de championnat qatari prive tout simplement la Tunisie de son atout numéro 1. En son absence c’est W Khazri qui devra assurer l’intérim.

Harbaoui : Auteur d’une saison époustouflante en Belgique où il termine meilleur buteur du championnat avec 22 réalisations l’attaquant Tunisien qui avait critiqué les défaillances du fonctionnement de la fédé et les comportements indignes de certains joueurs de la sélection lors de la Can 2013, n’a pas été retenu par N. Maaloul pour la coupe du monde. Persona non grata en sélection tunisienne, les statistiques folles du véritable n°9 n’y changeront rien :

Meilleur buteur du championnat de Belgique de D2 : 2011 (25 buts inscrits)

Meilleur buteur du championnat de Belgique de D1 : 2014 (22 buts inscrits)

Meilleur buteur du championnat de Belgique de D1 : 2018 (22 buts inscrits)

Vainqueur du Lion belge : 2013 et 2014.

En l’absence de T.Y Khenissi blessé, il aurait pourtant été plus que logique de faire table rase du passé et récompenser l’attaquant tunisien pour sa constance et son efficacité.

Voici la composition du 11 type :