Étiquette : Nabil Maaloul

La prise de risque récompensée de Nabil Maaloul

Lundi soir, c’était le premier grand test pour la Tunisie, un test grandeur nature face au Portugal, le champion d’Europe en titre.

Après deux sorties réussies et convaincantes face à l’Iran (1-0) et le Costa Rica (1-0), on était impatient de voir comment les tunisiens allaient se comporter face à un grand d’Europe.

Comment cette équipe de Tunisie allait aborder ce match à l’extérieur ? Allait-elle fermer le jeu comme à son habitude à chaque fois qu’elle rencontre une équipe plus forte sur le papier, ou bien allait-elle continuer à joueur son jeu.

La réponse nous est vite parvenue, par la formation alignée et par les intentions de jeu montrées dès les premières minutes de jeu. Une équipe tunisienne sans complexe en 4-2-3-1 se transformant en un 4-3-3, plutôt portée vers l’avant.

C’est une prise de risque disaient certains, surtout après l’encaissement de deux buts. Mais rien ne semblait perturber les Aigles de Carthage dont le seul souci était de s’appliquer, de répéter les efforts et d’essayer de faire ce qu’ils savent faire. Et cela a fini par payer. Certes les tunisiens auraient pu perdre le match, auraient pu prendre un troisième but à 2-0, mais c’est le prix à payer. On ne gagne jamais rien sans prendre de risques. Je préfère de loin voir une équipe qui prend des risques qu’une équipe recroquevillée en défense qui refuse le jeu. On a souvent essayé de fermer le jeu, face à des grandes nations : l’Angleterre en 1998, l’Espagne en 2006 pour ne citer que ces deux sélections, mais cela ne nous a pas empêché de prendre des buts.

Tout ce qu’on espère c’est de voir cette équipe évoluer de la même manière lors du mondial, c’est-à-dire avec la même volonté de jouer spontanément et aller de l’avant.

Les équipes qui jouent l’attaque sont souvent récompensées.

T.A

Interview Nabil Maaloul : « Saber Khalifa sera présent « 

Le sélectionneur national Nabil Maaloul a confirmé que Saber Khalifa sera bel et bien parmi les 23 du voyage pour la Russie :

Saber Khalifa sera présent, il le mérite pour sa carrière, pour ses qualités.

Il faut être con pour se passer d’un joueur comme lui.

 

 

 

 

Blessure de Msakni : Maaloul doit prendre ses responsabilités

Dimanche dernier, le public sportif tunisien s’est réveillé avec la langue de bois. Youssef Msakni le meneur de jeu des Aigles de Carthage s’était blessé la veille, gravement aux ligaments croisés.
Très vite, les médias ont annoncé son forfait de la coupe du monde, étant donné que les premiers diagnostics médicaux convergeaient vers une période de repos minimale de trois mois. Sauf que quelques médias persistent à entretenir l’idée que Msakni pourra quand même être présent en Russie, justifiant ceci par la présence de traitements miraculeux. Cette idée a même été relayée par notre confrère Razi Ganzoui à Dimanche Sport. C’est donner des faux espoirs au public.

A mon humble avis, Youssef ne pourra pas faire partie du groupe mondialiste, et même s’il est, par miracle, rétabli avant le début de la coupe du monde (c’est tout le mal qu’on lui souhaite), il ne sera pas en forme pour livrer des matchs avec une grosse intensité physique. Il est inutile d’entretenir l’espoir qu’il pourra être prêt, ceci pourrait porter atteinte à la qualité de la préparation des Aigles de Carthage, et nous comptons sur Nabil Maaloul de bien gérer la situation.

Le cas Dos Santos en 2006

Cet épisode me rappelle celui de Dos Santos en 2006. Le buteur tunisien de l’époque, qui était un élément incontournable de l’effectif, s’était blessé quelques mois avant la coupe du monde 2006. Pendant les mois qui ont précédé le début du mondial allemand, l’état de santé de Santos était au centre des débats. Le staff médical avait tout fait pour que Santos soit retenu dans la liste. Roger Lemerre, sélectionneur des Aigles, n’avait pas cherché une solution alternative. Il était resté attaché à l’idée de récupérer son attaquant vedette.

Finalement, Santos a été retenu dans la liste mais amoindri. Il a participé seulement à neuf minutes pendant les trois matchs du premier tour. Il était entré en jeu face à l’Ukraine à la 81 ème minute.

Nabil Maaloul doit prendre ses responsabilités !

Je crains que l’histoire ne se répète. Nabil Maaloul, un as de la communication, doit prendre ses responsabilités rapidement et prendre des décisions. L’action de Maaloul devrait se porter sur deux axes : la communication : à très court terme et la technique à court/moyen terme.

Premièrement, et sur le plan de la communication, le coach tunisien doit intervenir rapidement, pour soigner le moral de l’équipe et montrer qu’il croit en son groupe malgré l’absence de Msakni. Il ne faut pas que laisser le doute s’installer autour de la participation de Msakni. Il faut mettre les choses au clair. Si on doit se passer de lui, il faut prendre la décision au plus vite et commencer à préparer des alternatives. Maaloul ne doit surtout pas montrer sa frustration, les émotions ça se transmet. On sait que ça ne sera pas chose facile puisqu’on connaît l’importance du joueur dans le schéma de jeu de Maaloul et sa proximité avec lui. Mais une équipe ne peut jamais se résumer à un seul joueur, aussi important soit-il.

Deuxièmement, et sur un plan technique, Maaloul devra trouver des solutions pour remplacer un joueur irremplaçable… En faisant appel à de nouveaux joueurs éventuellement où à revoir son schéma.
Je peux donner un petit argument au coach, la Tunisie a livré un de ses meilleurs matchs face au Costa Rica et ce … en l’absence de Youssef…

A bon entendeur.

T.A

Malgré son licenciement, Nader Daoud travaille toujours pour l’Equipe nationale !!

Le sélectionneur national de l’équipe de Tunisie a accordé une interview hier sur le plateau de l’Equipe d’Attessia TV. (Voir notre article résumé de cette interview).
Maaloul est revenu notamment sur l’affaire Nader Daoud. A la question du journaliste sur sa réaction suite au licenciement de son adjoint, il a répondu qu’il était choqué :
Je n’arrive même pas à trouver les mots pour qualifier ma réaction à cette décision …. C’était un immense choc !
Le technicien Nader Daoud très proche de Maaoul avait été démis de ses fonctions par le président de la Fédération Tunisienne de Football dans conditions obscures, après le retour de la sélection du stage du Qatar en début d’année.
Et en réponse à la question s’il comptait remplacer Daoud, Maaloul a répondu :
Bien sûr que non ! Nader Daoud est irremplaçable! Je continue à travailler avec lui en le consultant lorsque j’ai besoin de lui.
On se demande dans quel cadre Nader Daoud continue à travailler pour le compte de Maaoul ? Est-ce du travail gratuit ? Sinon, si Maaloul a vraiment besoin d’un troisième adjoint pour accomplir son travail dans les meilleurs conditions, pour quelle raison ne recrute-t-il pas ? La scène sportive est bien garnie de techniciens de talent à même d’apporter le plus au staff technique…
T.A

EN : Quelles surprises dans la liste de Maaloul ?

Nabil Maaloul dévoilera demain la liste des joueurs qui prendront part au prochain stage de l’équipe nationale prévu à partir du 18 mars et qui sera sanctionné par deux matchs amicaux: le 23 mars contre l’Iran, et le 27 mars devant Costa Rica.

Les binationaux qui ont dit oui à la Tunisie en l’occurrence Moez Hassène (Châteauroux, L1 France), Seifeddine Khaoui (Troyes, L1 France) et Elyès Skhiri (Monpellier (L1, France) ou encore Yohan Benalouane (Leicetser City) devraient figurer dans cette liste.

A noter que le président de la Fédération Tunisienne de Football a indiqué que Aymen Abdennour et Ahmed Akaichi ne seront pas convoqués.

Un joueur de l’Espérance ne fait plus partie des plans de Maaloul

Selon des sources bien informées, Fousseny Coulabily ne fait déjà plus partie des plans du sélectionneur national Nabil Maaloul.

En effet, le joueur de l’Espérance Sportive de Tunis n’aurait pas complètement convaincu le staff technique de l’équipe nationale. D’autre part, la procédure de naturalisation s’avérerait plus compliquée que prévu. Nabil Maaloul nous avait présenté Coulibaly comme un élément indispensable à son dispositif. Voyons donc comment il pourrait le remplacer.

Fousseny Coulibaly ne participera donc pas à la prochaine coupe du monde, et la polémique autour de sa naturalisation qui a animé l’opinion sportive tunisienne est désormais close.

 

Nabil Maaloul derrière le transfert de Naguez à Zamalek

Selon des sources proches du club du Zamalek, Nabil Maaloul aurait conseillé à Hamdi Naguez de partir au club Cairote. Il faut rappeler que le latéral international tunisien a longtemps hésité avant de signer enfin au Zamalek. L’hésitation de Hamdi est due en réalité aux nombreuses offres qu’il avait en sa possession émanant notamment de clubs français de ligue 1 et ligue 2.

Nabil Maaloul serait intervenu pour convaincre l’ex-joueur de l’Etoile Sportive du Sahel de rejoindre le club Egyptien afin de rester compétitif en vue de la coupe du monde en Russe, l’été prochain.

 

EN : Nabil Maaloul défend le choix du stage au Qatar

A quelques heures du match amical entre la sélection tunisienne et le club de Mesaimeer, Nabil Maaloul a tenu à expliquer son choix  » bizarroïde » d’effectuer un stage au Qatar.

Selon le sélectionneur national les moyens au Qatar sont quasiment sans équivalent ailleurs. Il estime que ce stage est réussi et était très bénéfique pour l’équipe de Tunisie.

Interrogé sur les chances des Aigles de Carthage en Coupe du Monde, Maaloul s’est montré optimiste assurant que la Tunisie est capable d’atteindre son objectif à savoir : le second tour mais la mission s’annonce compliquée face à deux gros calibres européens, la Belgique et l’Angleterre.

Le torchon brûle entre Maaloul et Al Jary !

Selon journal Essahafa, le torchon brûle entre Nabil Maaloul et Wadii Al Jary notamment après la défaite de la sélection tunisienne face au leader du championnat du Qatar, Al Duhail (1-0) sur un but de Youssef Msakni.
Une défaite qui est restée en travers de la gorge du président de la fédération tunisienne de Football. Alors que Nabil Maâloul a tenu à minimiser de l’importance du résultat, Jarry a qualifié ce revers d’humiliation.

Maaloul : « Nous avons choisi le Qatar pour des raisons climatiques » !

Nabil Maaloul a réagi enfin à la polémique du moment en rapport au stage de l’équipe de Tunisie des joueurs locaux au Qatar.

Le sélectionneur national a justifié le choix du Qatar pour des raisons climatiques.

La climat de Doha en Janvier ressemble à celui de la Russie en Juin. C’est la principale raison de notre choix, en plus des infrastructures disponibles ici (à Doha) qui sont parmi les meilleurs au monde

En effet selon lui, le climat du Qatar en ce moment de l’année rassemble au climat Russe en plein mois de Juin. C’est la raison pour laquelle il a choisi de partir au Qatar avec des joueurs locaux. En ce qui concerne le timing, Maaloul a estimé qu’il voulait protéger les joueurs, créer une cohésion de groupe et améliorer les joueurs physiquement.

Nabil Maaoul a donc démenti implicitement la version qui se raconte en Tunisie dans les sphères sportive, selon laquelle Maaloul a choisi le Qatar pour des raisons politiques